Présentation de Patrick Meichel
Rechercher une compétence
Accès aux statistiques
Rechercher une compétence
.

ACCUEIL

Vous pourrez voir Patrick


Une oeuvre, des oeuvres...




.

Qui est Patrick Meichel ?

Né en Moselle en 1953, Patrick Meichel a puisé son goût de la beauté et de la création auprès de son grand-père, mineur et musicien.À la mine, cet homme apprenait le contact avec la matière et la dure réalité. Avec la musique, il entrait dans le domaine du voyage de l’esprit, capable de tout transcender. Il a su transmettre à son petit-fils cette alchimie mystérieuse qui permet de donner une teinte particulière à la vie. Autodidacte, Patrick Meichel est donc parti dans l’existence avec ces quelques atouts dans la main : une grande générosité, une philosophie basée sur une certaine « euphorie » de la vie, le goût du contact avec la matière, et la conscience de la valeur unique de chacun, qui offre ce que personne d’autre ne pourra apporter.

Après avoir passé un diplôme de dessinateur industriel et de maquettiste, Patrick Meichel se plonge dans la photo. Deuxième prix du livre photographique de la ville de Paris et Oscar de l’image au salon de la photographie de Paris en 1985, il scrute la matière et cherche à interférer avec elle. Il ne se contente pas d’interpréter ce qui existe mais par des techniques chimiques transforme la photo, la « sculpte » en quelque sorte. De nombreux travaux sur l’eau et ses reflets le font réfléchir sur les formes et les couleurs et en même temps sur la transparence, l’immatérialité. Ce contraste intéressant le pousse à se confronter directement avec la matière et il « entre en sculpture » pourrait-on dire. De fait ce travail de sculpteur qu’il mène maintenant depuis une quinzaine d’années est l’aboutissement de tout un cheminement.

Chacune de ses œuvres est avant tout une rencontre : entre les matières bien sûr puisqu’il marie le bois avec les minéraux, les pierres semi-précieuses, le marbre, les cordes et le fer, ou encore le plexiglas, au point qu’on ne sait plus toujours très bien où se trouve la frontière entre ces réalités pourtant bien tangibles. Chaque matière est là pour mettre en valeur sa voisine et en ressort elle-même transformée. Rencontre avec les autres arts également : dans chaque œuvre du sculpteur, la danse, la musique, la poésie sont présentes en toile de fond, à la fois comme inspiration et comme prolongement. Quand il conçoit une œuvre, ce n’est déjà plus de la sculpture. Le volume est comme un hymne, comme un rythme. Une façon de laisser l’œuvre ouverte pour que le public ensuite se l’approprie. Intéressant et prometteur parcours, en tout cas, de cet artiste, qui nous impressionne par ses fresques en plexiglas ou encore par son imposante fontaine en marbre, sur la place principale de sa ville natale de Sarralbe, face à la cathédrale de la Sarre, ou bien qui nous captive par la délicatesse de ses bois teintés enchâssés de pierres précieuses ou lovés dans les volutes des fers forgés.

Capture de l’éphémère ou « portes ouvertes sur le temps », ces sculptures nous parlent de la vie et de la richesse de l’instant qui passe, du bonheur de la rencontre, de la beauté des choses. Laissons-nous entraîner avec Patrick Meichel à cette contemplation de formes inutiles qui en dit souvent bien plus long que les plus savants des discours.

Sylvie Garoche

.